Une spécialité musicale bretonne: le bagad

Qu’est-ce qu’un bagad?

Un groupe de sonneurs avec  différentes cornemuses, bombardes , grosses caisses et percussions.

De nombreux bagadou ( pluriel de bagad) existent en Bretagne et sont très populaires. Ils participent  aux fêtes bretonnes tout au long de l’année. La Saint Patrick irlandaise s’annonçant, ils vont nous faire sortir de l’hiver et annoncer la belle saison.

Le plus célèbre d’entre eux, le Bagad de Lann Bihoué,  chapeauté par la Marine Nationale française fait résonner biniou koz et bombardes dans les landes et bois près de la ville de  Lorient. Ses 30 sonneurs sont tous des marins , hommes ou femmes  ( il y en a trois dans le groupe).

Ce Bagad, composé essentiellement de musiciens  marins professionnels vient de fêter ses 60 ans. Depuis 1952, malgré des hauts et des bas, il résiste à toutes les modes.

Le chanteur Alain Souchon en a fait une légende. Ecoutez et regardez 🙂 Le musicien galicien, Carlos Nunez, était de la fête , la semaine dernière, lors d’une émission télévisée.

Publicités
Cet article, publié dans France (Marie-France), Musique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Une spécialité musicale bretonne: le bagad

  1. Isabelle dit :

    Et puis, un bagad, ça va avec tout, y compris les instruments électriques!
    Écoutez ça:

    Dans ce morceau, quand les bagadou commencent à jouer, ça me donne toujours des frissons 🙂

    • Marie-France dit :

      Il faut avoir assisté à un défilé ou un concours de Bagadou pour ressentir ces frissons 🙂 C’est puissant! A donner la chair de poule 🙂

      • Lia dit :

        Moi aussi j’aime la cornemuse. Merci pour cet article et pour toute la musique, bretonne et galicienne. 🙂 Elle est magnifique.
        J’ai une petite question de grammaire 🙂 : tous les mots bretons font leur pluriel en -ou,
        ou seulement le mot bagad?

        • Marie-France dit :

          Tu as raison. On ajoute souvent « ou » aux noms de choses pour former le pluriel:
          Ex: aval (pomme): avalou ( des pommes)

          Mais c’est plus compliqué que cela: beaucoup de désinences sont utilisées:
          -ed: bugel ( enfant), bugaled au pluriel

          Le dictionaire Roparz Hemon donne 52 formes de pluriels !

          exemples :

          – 1 corbeau : ur vran; des corbeaux : brini

          – 1 veau ! ul loue; des veaux : loueioù;

          – 1 vache : ur vuoc’h; des vaches : saout;

          – 1 musicien : ur soner; des musicien : sonerien (en KLT); sonerion en vannetais.

          Devant les pluriels, on ne met pas d’article :

          Exemple de mot collectif : Araignée.

          – une araignée s’obtient par l’adjonction d’un singulatif -enn au radical :

          kevnid + enn = kevnidenn = araignée
          mais on dira: – des araignées : Kevnid.

          …………………………………………………………….

          Pour les pluriels des métiers, ou professions, le pluriel s’obtient essentiellement en ajoutant -ien au radical :

          – celui qui exerce un métier : micherour
          – ceux qui exercent un métier : micherourien; ar vicherourien;

          – travailleur : labourer
          – travailleurs : labourerien

          – pêcheur : pesketaer
          – pêcheurs : pesketerien
          – les pêcheurs : ar besketerien
          – des pêcheurs : pesketerien

          – chasseur : chaseour
          – chasseurs : chaseourien
          – les chasseurs : ar chaseourien
          – des chasseurs : chaseourien

          – couvreur : toer
          – couvreurs : toerien
          – les couvreurs : an doerien
          – des couvreurs : toerien

          il y a d’autres pluriels pour les professions :

          – instituteur : mestr-skol = maitre d’école
          – instituteurs : mistri skol
          – les instituteurs : ar vistri-skol
          – des instituteurs : mistri-skol

          Mais pour la même profession, on trouve aussi :

          – instituteur : skolaer
          – instituteurs : skolaerien
          – les instituteurs : ar skolaerien (on),
          – des instituteurs : skolerien.

          Je continue? 🙂 🙂 ????
          ………………………………………..

          Pour les pluriels féminins, c’est autre chose :

          – cuisinière : keginerez
          – cuisinières : keginerezed

          – lanvandière : kannerez
          – lavandières : kannerezed
          …………………………………………….

          Il existe aussi un pluriel ‘duel’ ( deux) en breton.

          Par exemple, on trouve :

          – oreille : skouarn; oreilles skouarnoù;

          – oeil : lagad; yeux : lagadou

          – main : dorn; mais : dornioù

          etc

          ———-

          Mais quand on parle de soi-même, on dit, au pluriel :

          – divskouarn (2 oreilles);
          ma zivskouarn (mes deux oreilles);

          – daoulagad (2 yeux);
          ma zaoulagad (mes deux yeux)

          – divrec’h (2 bras)
          – ma zivrec’h (mes deux bras)

          – daouarn (2 mains);
          ma zaouarn (mes deux mains)

          – daoulin (2 genoux);
          ma zaoulin (mes deux genoux)

          – divhar (2 jambes)
          ma zivhar(mes deux jambes)

          – daoudroad (2 pieds)
          ma zaoudroad (mes deux pieds)

          etc.
          Le problème des mutations en breton est un véritable casse-tête chinois.

          Ex: Tad ( père) Va zad ( mon père)

          PTK /BDG

          mère : mamm
          mères : mammoù
          les mères : ar mammoù

          vieux; vieille : kozh
          personnes âgées; vieilles : tud kozh
          les personnes âgées : ar re gozh

          grand-mère : mamm-gozh
          les grand-mères : ar mammoù-kozh

          Ouf! 🙂

    • mercenoya dit :

      Cet été j’ai vu le concert sur la place principale de Compostelle de Carlos Nuñez, l’orchestre de Galice et les Chieftains…….. frissons…. c’est peu pour définir ce que j’ai ressenti!!!!

      • Marie-France dit :

        Les Chieftains 🙂 Tout un pan de notre jeunesse, Mercedes! Sean Kean nous envoutait avec son « fiddle » et il continue!

        Ecouter et regarder un joueur de fiddle dans le Gaeltacht irlandais procure une émotion à nulle autre pareille, à vous faire venir les larmes aux yeux. J’ai eu cette joie et je m’en souviendrai toute ma vie. C’était dans le comté du Donegal en 1985.
        Je vais vous raconter l’histoire.
        L’été était très pluvieux .Mon mari et moi cherchions par tous les moyens à nous sécher les os et à nous réchauffer aux feux de tourbe des pubs. Bref, un vrai été pourri dans cette région du monde.
        Nous voilà donc devant un bon feu de tourbe en plein milieu d’un après-midi gris et brumeux , une Guinness à la main et la vie était belle. Le pub était vide excepté la présence d’un groupe de musiciens qui répétaient pour le concert du soir. Etre témoin de cette répétition était déjà un honneur.
        Vers les 4 heures de l’après-midi entra un vieux monsieur, passablement éméché, qui s’assit au bar en proférant force jurons. Nos musiciens excédés lui demandèrent de sortir et ils se heurtèrent à un refus obstiné. Le patron du bar voyant que la situation allait dégénérer proposa aux jeunes musiciens de prêter le « fiddle » à l’ivrogne et leur assura que s’il pouvait en jouer, il s’en irait. Contre mauvaise fortune faisant bon coeur, l’un des jeunes « fiddlers » finit par confier son « fiddle » avec moultes recommandations. Voilà notre homme enjambeant, tant bien que mal deux tables basses, au risque de se casser la figure 🙂 Une fois le « fiddle » dans les mains, le bonhomme se transforma instantanément. Il s’apaisa, regarda l’instrument avec les yeux de Chimène, le porta à son épaule et l’accorda quelques instants. Là, un miracle se produisit. Une musique sortie du ciel émana du fiddle et des doigts experts de celui qui le caressait. Tout d’abord, un son plaintif à vous briser le coeur puis après un long moment le rythme s’accéléra. Une musique de danse endiablée , sortit, comme par enchantement de l’instrument. Nous étions tous scotchés. Cela dura deux heures, sans interruption, un morceau de musique succédant à un autre. Un moment d’intense bonheur musical. 🙂
        Et devinez ce qui arriva! Plus personne ne voulait que le vieil homme quitte le pub. Tous, autant que nous étions, voulions retenir cet instant de magie absolue. A aucun moment, notre homme but, ne serait-ce qu’une gorgée du célèbre breuvage irlandais 😉
        En écrivant ces lignes, je m’en souviens encore, avec émerveillement, le coeur au bord des larmes 🙂

  2. mercenoya dit :

    je crois que notre équivalent, comme toujours nous en avons un, c’est ça:


    mais, vu que j’ai un frère joueur de cornemuse, ils ne sont pas trop respectés ici parce que l’on considére qu’ils ne respectent pas la tradition galicienne, qu’ils sont trop influencés par les britanniques……

    Moi, j’aime bien ce mélange de musique traditionnelle et celte, et sa version « moderne », je vous laisse une autre galicienne très connue en France, Luz Casal qui chante avec Luar na Lubre une chanson traditionnelle galicienne

    Profitez-en!!

    • Lia dit :

      J’aime ces deux chanteuses. Belle chanson « Camarinas », comme celle d’ailleurs que tu nous avais fait entendre il y a quelques mois, « Il pleut sur Santiago », avec Luar Na Lubre. Un style différent, bien sûr, mais très beau aussi.

  3. vasiliki54 dit :

    Mes chères amies
    Pardonnez- moi pour le retard des commentaires. Mais comme j’ai vu plusieurs vidéos ajoutées au billet, j’ai décidé de trouver quelques moments privés pour me divertir.
    Quel beau voyage vous m’avez préparé pour ce matin! Un retour à Quimper inoubliable, voir la drapeau Grec à N. York, être temoin d’une belle histoire avec une (autre) Guiness a la main et finalement aller jusque a Magna Grecia et sa musique de « danse endiablée », la tarantella. Et quoi dire de Luz Cazal? Bien connue et bien aimée en Grèce également. J’ai cherchée les paroles de la chanson si tendre « Camarinas ». Pourrais-tu Mercedes me les traduire, stp?
    Un grand merci à toutes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s