Epidaure, serpents et médecine…

Le site d’Epidaure est de toute beauté. Quel spectacle ! 🙂 Nous nous sommes contentés du théâtre et du musée. Une nouvelle fois, la canicule ambiante nous a fait renoncer à entreprendre la visite complète.

Même les plus réfractaires aux vieilles pierres ne peuvent que tomber sous le charme du lieu dans une pinède  perdue au coeur des montagnes arides de l’Argolide.

Le théâtre constitue en soi un des monuments archéologiques des plus remarquables du Péloponnèse. Depuis 1954, ce théâtre est redevenu le haut lieu de représentations du Festival d’Epidaure et l’acoustique y est des plus performantes.

On entendait parfaitement le groupe de chanteurs du haut des gradins.

Ce qui a frappé mon imagination est le fait que ce théâtre ne constituait qu’une toute petite partie du complexe existant sur ce lieu depuis le IVème siècle avant J.C. Le site d’Asclépiéion, au sanctuaire d’Epidaure était consacré au culte d’Asclépios, le dieu guérisseur qui utilisait des serpents pour guérir les malades. Bigre! Je me suis laissée dire qu’il enfermait les déments et autres malades dans une fosse où grouillaient des serpents dont on avait enlevé les crochets venimeux. Peut-être les serpents provoquaient une telle terreur que les malades,  s’ils résistaient à un tel traitement,  étaient guéris à tout jamais 🙂 Des électrochocs avant l’heure en quelque sorte 🙂

De plus, à la vue d’instruments médicaux dans le musée, je n’ai pu m’empêcher de les considérer comme des instruments ressemblants furieusement à des trocarts, des scalpels pour trépanation et diverses opérations chirurgicales.

Instruments de chirurgie au musée d'Epidaure.

Je me trompe sûrement mais j’en ai eu la chair de poule 😦 Il est dit que les malades se baignaient dans  l’eau des montagnes environnantes, s’occupaient de leur bien-être par des exercices physiques,  s’endormaient la nuit venue après avoir ingurgiter force décoctions et potions et… miracle de l’auto-suggestion, ils allaient de mieux en mieux. Avaient-ils subi des opérations chirurgicales pendant leurs nuits remplies de cauchemars et de chimères? Nul ne sait 😦 mais il se dit que… La rumeur court toujours  25 siècles plus tard 🙂 De toute façon les mourants y étaient interdits de séjour;  la mort était intolérable dans le sanctuaire du dieu guérisseur!

Peu à peu les connaissances en médecine se sont affinées et le dieu guérisseur perdit de son influence. Il nous reste cependant le caducée des médecins avec  le serpent comme symbole de guérison.

Statue d’Asclépios.

Publicités
Cet article a été publié dans Architecture, Art, France (Marie-France), Héritage divers, Patrimoine, Professeurs "aux semelles de vent", Voyages imaginaires, Voyages réels. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Epidaure, serpents et médecine…

  1. marika dit :

    Le théâtre est un lieu unique pour moi!!!

  2. Isabelle dit :

    Et la vipère dans l’eau-de-vie… c’est efficace aussi! Merci Asclépios 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s