21 Mars, jour de poésie

Aux côté des Japonais souffrants, parlons un peu de leur poésie tendre et symbolique.
Le haïku, terme popularisé par Shiki (1867-1902), est une forme classique de la poésie japonaise dont la paternité est attribuée à Bashô (1644-1694). Depuis plus de trois siècles, le haïku, ainsi que le autres formes poétiques d’origine japonaise, a fait son petit bonhomme de chemin au Japon, puis jusqu’à nous en Occident.
Le haïku est une forme poétique très codifiée d’origine japonaise à forte composante symbolique. C’est un poème extrêmement bref visant à dire l’évanescence des choses.
Encore appelé Haïkaï (son nom d’origine) ce poème comporte traditionnellement 3 vers formant en tout 17 syllabes. Autre règle que doit respecter un haiku : le haïku doit faire référence à la nature ou contenir un mot qui rappelle une des quatre saisons. Un des grands maîtres du haiku fut Matsuo Bashô :

Poèmes (haïku) inédits

Fulgurances (Instantanés de la conscience)
(Capitaine Murakami,Chine 1942 – 1945)

Le courant limpide
Lave ma sueur,
Bière, mousse, saveur…

Combat d’automne
Le visage du général
Rayonne

Ressource Internet

Publicités

A propos vasiliki54

Teacher of greek Language
Cet article a été publié dans Grèce (Vicky), Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 21 Mars, jour de poésie

  1. Marie-France dit :

    Excellente idée Vicky.

    « Dans l’eau que je puise
    scintille le début
    du printemps. »
    Ringaï (Munier)

    « Pour un simple locataire
    le cerisier offre
    bien trop de fleurs. »
    Kôyô (Coyaud)

  2. Rebecca dit :

    J’en profite. Je copie le poème d’un ami:
    JE VIENS

    Je ne sais si c’est Homère ou Ritsos
    qui m’ont persuadé d’entrer dans le Cheval de Troie
    sans autre arme qu’une épée et un miroir.

    Je viens du désert là ou le sable
    est effritement de toute forme.

    Je viens des Ourses chargé
    d’un sac d’étoiles et tenant
    à la main un masque de lune.

    Je viens de la hutte tressée des branches de l’éclair.
    Je viens d’une maison faite de miroirs.

    Je viens du ravin courbe comme un sabre
    moitié neige et moitié fleurs.

    Je viens des bords d’un torrent de montagne
    ou les cascades-ascètes
    se tiennent debout parmi de grandes jarres de pierre.

    Je viens du Nord ayant pour skis
    deux croissants de lune, glissant sur la neige sans cesse
    pendant trois mille ans.

    Je viens des hordes de Tatares ; je suis le soldat
    qui égorgea Attar et je suis aussi
    Attar lui-même et le couteau qui l’égorgea.

    Je viens de la galaxie noire des fourmis emportant
    un papillon mort comme s’il était
    un voilier d’anges, comme s’il était
    Icare après sa chute.

    Je viens de Grèce dont la main écartée
    le Peloponèse sème autour d’elle
    des îles pour ne pas se sentir
    seule en s’avancant dans la mer.

    Je viens du creux d’une branche pourrie
    ou j’officiais en tenue d’abeille sauvage
    ou dans les vêtements sacerdotaux d’un papillon.

    Je viens du crépuscule Thessalie ou
    pendant mille ans je fis paître un troupeau de feux.

    Je viens du livre d’Anaximandre ;
    je m’y trouve toujours ou que j’aille.
    Ils m’ont demande d’ou je viens.
    Que pouvais-je leur dire ?
    Sans pouvoir me comprendre
    ils m’auraient attaché et enfermé à l’asile.
     » Je viens d’Agrinio « (1), dis-je tout simplement,
    cachant dans ce mot autant que je pus
    le  » agrios  » (2), le  » ni  » et avant tout
    le  » o « , qui est puits et piège,
    ma maison, et miroir, et labyrinthe (le labyrinthe
    le plus complexe bien qu’il paraisse
    si simple, tel une toute petite bague).

    Thessalonique, 1994
    (1) ville d’Etolie, proche de Raina, village natal de l’auteur.
    (2) « sauvage » en grec.

    • Marie-France dit :

      Magnifique. La Grèce, cette main écartée qui a semé des îles pour ne pas être seule. Superbe image.
      Merci Rebecca d’avoir traduit ce poème.

      • Rebecca dit :

        Je ne suis pas poète, Marie-France. Ce n’est pas moi qui ai fait la traduction mais un poète français .

  3. Lia dit :

    Très beaux poèmes! Chez nous les profs utilisent aussi les haïku comme un outil pour l’enseignement de FLE. Les élèves les aiment.

    À côté de cette poésie ravissante du Pays du Soleil levant, j’ajoute une phrase et un poème d’un poète occidental. 🙂

    « Qu’est-ce qu’un poète, si ce n’est un traducteur, un déchiffreur ? »
    Charles Baudelaire

    CORRESPONDANCES

    La Nature est un temple où de vivants piliers
    Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
    L’homme y passe à travers des forêts de symboles
    Qui l’observent avec des regards familiers.

    Comme de longs échos qui de loin se confondent
    Dans une ténébreuse et profonde unité,
    Vaste comme la nuit et comme la clarté,
    Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

    Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
    Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
    — Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

    Ayant l’expansion des choses infinies,
    Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
    Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

    Baudelaire, Les Fleurs du Mal, IV.

    • Marie-France dit :

      Je crois que les haÏkus sont utilisés par beaucoup de professeurs et les élèves aiment leur brièveté 🙂 🙂

      Quant au poème de Baudelaire, tu l’as bien choisi pour le réveil du printemps.

      • Lia dit :

        Oui, c’est pour cela que je l’ai choisi et, en plus, parce que la conception du rôle de la poésie et du poète qui y est exprimée me plaît beaucoup. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s