Le 11 novembre en France: jour férié.

Lundi 11 novembre 1918, à 11 heures, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée pour annoncer la bonne nouvelle. La première guerre mondiale vient de s’achever. Français et allemands peuvent croiser leurs regards sans se tirer dessus. Après l’horreur, le retour à la vie mais cette guerre laissera des traces profondes. S’en suivra une crise morale durable sans précédent . Même tableau du côté allemand. Comment les responsables des pays belligérants ont-ils pu mener à l’abattoir des millions de jeunes gens?
Je me souviens de mes années d’école primaire et de mes premières années de Collège quand une délégation d’enfants se rendait au monument aux morts pour saluer la fin des combats et l’armistice. Chacun d’entre nous pouvait lire , inscrits sur le monument, les noms de sa famille: ces noms y figurent toujours.

Mon grand-père appartenait à une fratrie de quatre garçons: deux sont revenus et deux sont tombés dans les combats au corps à corps dans les tranchées de Verdun, de Douaumont et du Chemin des Dames.

Dans ce tableau apocaplyptique, les femmes ont toujours été là pour nourrir leur famille et pour soutenir les soldats au front. Ces dernières furent appelées « des marraines de guerre ».

Le roman ci-contre est destiné à un jeune public. L’auteur raconte aux adolescents le rôle des marraines de guerre: jeunes filles ou jeunes femmes qui écrivaient aux soldats et leur expédiaient parfois des colis où ils pouvaient trouver des lainages pour lutter contre le froid ( chandails, chaussettes, écharpes), de la nourriture.

Malgré la censure, la correspondance entre soldats et marraines évoquaient la dureté des combats et de la vie dans les tranchées mais les soldats avaient quelqu’un à qui se confier à demi-mots. Le soutien affectif des marraines devint très vite une nécessité bien que l’armée s’en méfiât. Elles furent souvent considérées comme des femmes faciles , dénigrées et souvent à la solde de l’ennemi. Mais elles étaient populaires.

Extraits:

« Je suis dans mon escouade seul de ma condition, écrit l’un d’entre eux. Les autres reçoivent de belles et longues lettres en bas desquelles je vois quelquefois : tes parents qui t’embrassent. J’ai beau faire, je vous avoue que je suis jaloux de leur bonheur et, pourtant fort de caractère, j’ai déjà eu souvent envie de pleurer. J’ai bien fait des efforts pour ne pas me plaindre ».

« Il n’y a pas pour moi de moments plus durs que la distribution des lettres »

Des liens se nouèrent avec ces marraines de guerre mais peu les rencontrèrent dans la vraie vie tant les morts furent nombreux. Pourtant certains revinrent du front et se marièrent avec leur marraine ou du moins les rencontrèrent au grand dam des « pères- la- pudeur » et de certaines familles.

Publicités
Cet article a été publié dans France (Marie-France), Histoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le 11 novembre en France: jour férié.

  1. marika dit :

    La guerre est terrible…
    Notre famille est morte dans cette guerre…Je me souviens aussi des femmes grecques pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elles ont envoyé
    aux soldats des tricots de laine… tout comme les marraines de guerre françaises pendant la première guerre mondiale.

  2. Lia dit :

    Les femmes grecques de la région transportaient aussi des munitions et des aliments sur leurs épaules pour les soldats sur les montagnes d’Épire, parce que les mulets étaient peu nombreux.
    Heureusement qu’aujourd’hui les pays européens se sont unis pour la paix et la coopération. Mais il ne faut pas oublier. Le passé nous enseigne toujours. Merci pour cet article, Marie-France.

    • Marie-France dit :

      Dans l’article je ne fais référence qu’aux marraines de guerre mais les femmes étaient en guerre tous comme les soldats: elles ne comptaient pas leurs heures dans les hôpitaux , à la maison elles travaillaient la terre, travaillaient à l’ usine pour nourrir leurs enfants. Quand leurs maris sont revenus ( avec beaucoup de chance), ils n’ont jamais retrouvé leur place de chef de famille incontesté. De plus beaucoup sont revenus estropiés, défigurés, mutilés, les « gueules cassées », gazés … et très malades.
      Je ne suis pas sûre que le passé enseigne quelque chose aux êtres belliqueux, rapaces et manipulables que nous sommes. Cette guerre atroce devait être  » la der des der ». Voyons ce qui s’est passé depuis 😦 Les peuples ont toujours été  » les variables d’adjustement » des puissants de ce monde qui se font la guerre par procuration.
      La première guerre mondiale a débouché sur une crise morale et spirituelle tenace en Europe et que dire de la seconde? et des guerres de décolonisations?et de celles qui font rage actuellement? Sans compter la guerre économique et son cortège de malheurs silencieux 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s