Le FLE dans l’enseignement public grec

En Grèce le choix d’une seconde langue étrangère est obligatoire pour le primaire et le collège. Les élèves qui choisissent le FLE comme seconde langue étrangère, commencent à l’étudier dans les deux dernières classes de l’école primaire et ils continuent, s’ils veulent, dans les trois classes du collège. S’ils veulent changer de langue, ils ont le droit de le faire seulement au début du collège. Les heures d’enseignement sont deux par semaine.

Au lycée, le choix d’une seconde langue étrangère est optionnel.

Dans ma ville il y a 16 écoles primaires, 6 collèges, 4 lycées généraux et 2 lycées professionnels. Les élèves qui choisissent le français comme seconde langue étrangère ne sont pas nombreux. La grande majorité choisit l’allemand. Cela a son explication : après la seconde guerre mondiale une grande partie de la population a dû quitter notre région pour aller travailler en Allemagne. Beaucoup de nos élèves ont des amis ou des proches qui y vivent. Une partie de la deuxième ou de la troisième génération de ces  immigrés a choisi de rentrer à sa ville natale, tout en gardant contact avec l’ Allemagne. L’apprentissage de l’allemand est considéré comme allant de soi.

Les professeurs de FLE sont peu nombreux aussi. Ils sont aidés à leur enseignement par un conseiller pédagogique, qui est responsable pour toute la division administrative de la Macédoine orientale et qui doit organiser des séminaires et des journées de formation pour les professeurs de sa région. Chaque région a son conseiller à elle.

Les manuels enseignés au collège sont écrits par l’Institut Pédagogique Hellénique, depuis l’année dernière, et sont accompagnés de matériel audiovisuel. Vous voyez ci-dessous quelques pages du manuel pour les faux débutants de la première classe du collège (12 ans). Le but de l’enseignement est l’apprentissage de la langue à travers la connaissance avec la civilisation française, qui fait partie de notre commune identité européenne, et le développement d’une conscience interculturelle pour motiver les élèves.

En Grèce il y a aussi des associations des profs de FLE, qui travaillent pour sa promotion, en organisant des séminaires de formation, des congrès, des manifestations culturelles  et des concours.

En 2004, la Grèce a adhéré à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

            

         

       

Publicités
Cet article a été publié dans F.L..E, Gèce ( Lia). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le FLE dans l’enseignement public grec

  1. Marie-France dit :

    Présentation intéressante de l’enseignement du français en Grèce. Travaillez-vous par compétences également? Nous y sommes obligés et j’ai des doutes quant à leur efficacité. De plus, la formation est quasi- inexistante et nous devons nous former sur internet 😦 Plus aucun échange entre formateurs et collègues 😦 Nous sommes laissés à l’abandon de fait et, les suppressions de postes n’arrangent pas le quotidien. Je crois que je fais partie d’une la vieille génération de profs qui aiment échanger, comprendre le pourquoi du comment… Bref: construire ensemble et pas chacun de son côté. Nous sommes atomisés et une machine aussi performante soit-elle ne remplacera jamais l’humain 🙂

    • Lia dit :

      Je suis d’accord avec toi, Marie-France. En ce qui concerne ma région, le conseiller rencontre tous ensemble les collègues du département 2-3 fois par année scolaire, dont une fois doit être au début de l’année. Il présente de nouvelles pratiques d’enseignement, de différentes activités pour les élèves, que nous pouvons discuter à la suite. Certaines parmi elles sont intéressantes, mais il y a d’autres, qui sont très loin de la réalité de la classe. 🙂 Mais, de toute façon, il y a un certain contact entre les profs et lui.
      Ce n’est pas obligatoire de travailler par compétences, mais on le fait jusqu’à un certain point. Cela dépend aussi du conseiller. Ce n’est pas toujours efficace, mais ça peut aider quelquefois. La dernière nouveauté en Grèce est le portfolio, lancé d’abord à l’enseignement d’anglais. L’année dernière, le conseiller d’anglais a insisté sur son utilisation en classe. D’après mes collègues d’anglais, ça n’a pas beaucoup marché. Nos élèves ne sont pas encore habitués à l’autoévaluation. 🙂
      Au début de l’année tous les profs de FLE doivent présenter au conseiller un plan de leur travail pour la nouvelle année scolaire (la matière qu’ils vont enseigner par trimestre, les activités et les pratiques utilisées etc.). Il leur demande aussi de contribuer à la banque de données d’exercices, qui sont utilisés aux épreuves écrites officielles.
      Tout au long de l’année il leur envoie aussi du matériel par email. Les dernières années il insiste beaucoup sur l’utilisation de l’ordinateur en classe, il propose des logiciels éducatifs et des activités sur Web 2.0 et il encourage les profs à participer aux actions scolaires européennes. Sur ce point, il faut dire que ces actions ne sont pas très populaires, parce qu’ils exigent plus d’heures d’enseignement et un surcroît de travail, qui n’est pas assorti avec nos salaires. 🙂

  2. Isabella dit :

    En Italie aussi on doit travailler par compétences. Nous aussi nous avons utilisé le portfolio il y a quelques années mais il n’a pas marché comme en Grèce.
    En Italie les élèves doivent étudier deux langues étrangères au collège (3 ans) et ils peuvent choisir entre français, espagnol et allemand. Tout le monde voudrait faire de l’espagnol, mais dans les collèges où il y a un « vieux » prof. de français (comme moi, par exemple) les élèves doivent étudier cette langue. Après le premier mois au collèges je trouve que beaucoup de mes élèves changent d’avis et ils sont contents d’étudier cette langue. En 4ème d’habitude j’organise un échange avec un collège français qui étudie l’italien ou un voyage scolaire de 3/4 jours en Alsace ou en Provence (ne sont pas trop loin).
    Notre ministre de l’éducation nationale ne fait que parler, les écoles ont de moins en moins d’argent pour les activités avec les élèves et pour les rencontres entre formateurs et collègues, personne n’en parle plus.

  3. Marie-France dit :

    Le portfolio a été un « flop » en France et a passé aux oubliettes 🙂 Jamais il n’a été utilisé. Ce « machin » est sorti de la tête de crânes d’oeuf à Bruxelles ( je suppose) qui n’ont aucune, mais aucune notion de la réalité du terrain. De plus, personne dans la vie économique ne connaissait cet ovni 😦 Pourtant sa promotion était faite par les inspecteurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s