A la mode poétique de Charles Baudelaire et de la Mer Egée

Cette fois vous êtes perdues dans l’océan de l’Art de la Peinture. Vous avez raison, c’est très fascinant. Mais l’Art poétique est fascinant aussi.
Ch. Baudelaire, avec son poème, L’homme et la mer, nous pose un dilemme. Sont-ils deux des amis ou deux ennemis?
L’ HOMME ET LA MER

Homme libre, toujours tu chériras la mer!
La mer est ton miroir, tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets;
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Τels lutteurs éternels, Ô frères implacables !

Les fleurs du mal

Charles Baudelaire (1821-1867)

Les Iles de l’Egée

A ce problème la chanson suivante nous donne une solution: elle est presque une prière pour que la mer devienne une amie, car un dicton dit » si tu ne peux pas mordre une main, c’est mieux que tu la baises ».

Les îles de l’Egée Apaisent donc, mon Egée,
sont toutes pleines d’anges tes eaux pures et bleues,
qui laissent tomber des roses laissent rendre au pays
chaque fois qu’ils battent des ailes, tes enfants exilés.
Pour que tes îles deviennent,
mon Egée, une rivière de roses.
Chanson populaire des Cyclades

Publicités

A propos vasiliki54

Teacher of greek Language
Cet article a été publié dans Grèce (Vicky), Littérature, Musique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour A la mode poétique de Charles Baudelaire et de la Mer Egée

  1. Marie-France dit :

    Le poème de Baudelaire me parle. Notre mer et Océan en Bretagne peuvent être tellement sauvages que nul ne peut sonder leurs abîmes.
    Foin de roses et d’anges, ce serait plutôt des hurlements qui nous parviennent certaines nuits de grand vent.
    La mer doit être prise à bras le corps par les nuits de tempêtes. Souviens-toi. Tu as déjà vu la vidéo suivante:

    Mais en même temps la mer pour un breton est son amie: elle nous donne à tous un frisson de liberté malgré sa rudesse. Tout peuple vivant sur les rivages sont des aventuriers. La diaspora bretonne est aussi importante que la grecque à travers le monde. Nous sommes des marins: toutes les grandes explorations ont eu comme point de départ de St Malo ( te souviens-tu de la statue de Surcouf, moi oui 🙂 ), de Nantes et le comptoir des Indes a son musée à Lorient et que dire de Bordeaux et de Marseille!
    Mer = liberté mais aussi douleurs. Le roman de Victor Hugo « Les travailleurs de la mer » en parle à merveille. La mer y est présentée comme un monstre qui détruit tout le dur travail de l’homme.

    Fort heureusement la musique et les vers grecs adoucissent nos mélancolies du bout du monde. Merci pour le soleil et la douceur des Cyclades.

    • marika dit :

      Oh Mon Dieu!
      Les vidéos concernant les phares de Bretagne sont passionnantes!

    • Lia dit :

      Formidable vidéo, Marie-France! La force de l’océan dans toute sa grandeur! Beauté sauvage et effroi en même temps. L’homme est si impuissant devant cette force…

  2. Vicky dit :

    C’est vrai: nous sommes des marins, nous sommes des amis et………..oui, nous échangeons des visites à travers la mer, mère et diable en même temps!

    http://www.ambafrance-gr.org/france_grece/spip.php?article4009

    • Marie-France dit :

      C’est bien beau tout cela mais mon souvenir de la statue de Surcouf à St Malo m’a provoqué une quasi insolation en y pensant et elle restera gravée à jamais dans ma mémoire. Te souviens-tu, mon amie? 35° à l’ombre de la statue et une brestoise attendant deux grecques, une lettonne et une bretonne qui ne sont jamais arrivées 😦 Et ce n’était que le début de nos aventures de ce jour-là! La suite a été à la hauteur de notre incursion en Haute Bretagne!

  3. Vicky dit :

    Alors, j’ai bien graté ta mémoire! Qui pourrait oublier ce jour (et nuit) long et aventureux?
    Tu sais, quand j’ai écouté de Marika qu’elle souffre sans ses commentaires de blog, et quand Tanja est revenue au nouvel blog, j’ai pensé: nous cinq, une fois retrouvées dans le Finistere, nous allons continuer notre relation, beaucoup plus profonde que celle du blogger, jusqu’à une nouvelle rencontre. Et toi, qu’est-ce-que tu penses en regardant tes petits canards autour de toi? Calypso avait retenu Ulysse chez elle pendant dix ans…..

    • Marie-France dit :

      Je pourrai peut-être faire comme Calypso 🙂 vituellement s’entend! Manque Anna! Je ne sais pas ce qu’elle fabrique!
      Notre nouveau blog va nous permettre de faire de belles rencontres aussi. C’est déjà le cas et souviens-toi comment un blog peut monter en puissance très vite avec des gens motivés!

  4. Vicky dit :

    Anna me manque aussi beaucoup. Et j’ai peur que, comme notre blog qui va à la vitesse du TGV ou du Sikansen (train express du Japon), elle va le manquer…..

  5. marika dit :

    Tres belle poésie, aujourd’ hui!
    J’ai ouvert « Les Fleurs du Mal » pour trouver et relire le poème!
    Merci Vicky pour le voyage!

  6. marika dit :

    J’ adore ce poème de Charles Pierre Baudelaire
    L’albatros
    Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
    Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
    Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
    Le navire glissant sur les gouffres amers.

    A peine les ont-ils déposés sur les planches,
    Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
    Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
    Comme des avirons traîner à coté d’eux.

    Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
    Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid!
    L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
    L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait!

    Le Poète est semblable au prince des nuées
    Qui hante la tempête et se rit de l’archer;
    Exilé sur le sol au milieu des huées,
    Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

    • Marie-France dit :

      C’est également un de mes poètes favoris. Les fleurs du mal sont une mine de poèmes très compéhensibles . De plus, ses poésies ont inspiré beaucoup de poètes dont Rimbaud. Et quelle est belle la langue française sous sa plume.
      Il a été un traducteur de génie d’ Edgar Allan Poe et a rendu les nouvelles de Poe très poétiques ce qui a permis au monde francophone d’avoir accès à ce grand nouvelliste américain.
      J’aime beaucoup étudier le « Chat noir » en version abrégée avec mes élèves en anglais. Lorsque ces derniers découvrent la version française complète, ils sont émerveillés.
      Chapeau bas l’artiste! 🙂 Un grand de la litérature mondiale malgré sa réputation de poète maudit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s