Nous sommes en vacances :-)

Les vacances de la Toussaint ont commencé ce soir 🙂 Nous irons fleurir les tombes de nos morts. Tradition vivace en Bretagne.

Nous allons faire la « tournée des tombes » pour y déposer des fleurs. Beaucoup de chrysanthèmes fleuriront les cimetières. J’ai appris qu’ils ont remplacé les bougies qui illuminaient les tombes au XIXème siècle. Le mot chrysanthème vient du grec (Khrusos= or et anthemon= fleurs). Encore un mot que nous avons emprunté à nos amis grecs! Le français : langue gréco-latine à l’origine 🙂

J’ai également appris que, contrairement aux othodoxes et aux protestants, nous sommes considérés comme des païens 😦 Les offrandes de fleurs sur la tombe des défunts pour ces derniers étaient à proscrire.

Heureusement que les chinois, 400 ans avant notre ère, estimaient que cette fleur était la quatrième « plante noble » après le bambou, l’orchidée, et le prunier:-)

Ce sont les romantiques qui mirent cette fleur à la mode dès les années 1880, remplaçant ainsi les bougies qui trônaient sur les tombes au 1er novembre.

Cette année, une inquiétude a vu le jour avec les pénuries d’essence qui menacent en ces temps troublés de révolte sociale.

Je vous tiendai au courant et j’espère pouvoir me rendre sur les tombes et faire ce que j’appelle irrespectueusement « la tournée des grands ducs » Ce sera la première fois que je ne leur rendrai pas visite si la pénurie d’essence venait à se concrétiser. A voir donc! L’office religieux sera aussi « zappé » . Nous devrons peut-être attendre et remettre cela à plus tard! Dans ce cas ce seront les bruyères qui seront à l’honneur.

Les bretons ont une relation particulère à la mort. Elle est personnifiée par l’ankou, héritage celte. L’Ankou est partout en Basse Bretagne, mais ceci est une autre histoire 🙂

Publicités
Cet article a été publié dans France (Marie-France), Traditions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Nous sommes en vacances :-)

  1. rgiaka003 dit :

    Bonnes vacances aux français!
    Tes connaissances sur l’étymologie du mot m’étonne et me fait plaisir. J’ai aussi cette manie de chercher d’où viennent les mots

  2. rgiaka003 dit :

    Je corrige:m’étonnent et me font plaisir

  3. Lia dit :

    J’espère que, plus tard, tu vas nous raconter cette histoire, Marie-France.
    La Toussaint, chez nous, c’est une fête mobile. Cette année on va la fêter le 19 juin. Sans vacances 😦 , mais bien sûr avec des offrandes de fleurs sur les tombes. Est-ce que j’ai mal compris, ou tu écris que les offrandes de fleurs sont à proscrire pour les orthodoxes? C’est bizarre, parce que, nous aussi, nous laissons des fleurs sur les tombes.

    • Marie-France dit :

      J’ai cru comprendre que les orthodoxes ne mettaient pas de fleurs sur les tombes. Je me suis certainement trompée. Ton commentaire me le prouve. Merci pour cette précision. C’est aussi cela ce blog: ouvrir les fenêtres le plus grand possible pour éviter de propager des idées fausses.
      Donc vous mettez des fleurs sur les tombes. A quelles occasions? Pour nous c’est une tradition de fleurir les tombes à la Toussaint.
      Je suis originaire d’une communauté villageoise où toutes les tombes sont inspectées à la Toussaint par les anciens 🙂
      Beaucoup de générations depuis les années 1970 sont allées en ville pour trouver du travail. Les anciens qui ont plus de 80 ans restent attentifs au respect des traditions. Pendant combien de temps encore? Nos enfants ne sont plus du tout dans cette logique et n’ont pas le sentiment que cela soit important.
      Ma génération , les cinquenteaires et plus, sera la dernière à respecter le rituel du fleurissement des tombes. Nos vies ont tellement changé et les familles se sont atomisées. Pour le meilleur ou pour le pire. Nul ne le sait. Chaque époque doit inventer sa façon de vivre et de plus en plus vite.
      La France a passé d’une société rurale à une société urbaine en 30 ans et toutes les vieiles traditions se perdent. Qu’aviendra-t-il dans 20 et quelques années? Le village n’est plus depuis longtemps l’unité de référence!
      Pour moi la fête de la Toussaint reste un ancrage dans mon village et j’aurai beaucoup de plaisir à rencontrer tout le monde. Nous sommes tous dispersés et vivons une réalité qui n’a plus rien à voir avec ce que j’ai connu en tant qu’enfant et jeune adulte. Notre société urbaine nous a fait, pour certains d’ente nous du moins, oublier nos racines. Nos villages sont habités par des personnes qui ont du mal à former une véritable communauté: la plupart d’entre elles y habitent mais travaillent à la ville. Plus personne ne se connaît véritablement. Une fois de plus je ne sais si c’est un bien ou un mal. Je me souviens des difficultés qu’il y avait à être soi-même dans le carcan d’une vie villageoise. On ne pouvait qu’être que les enfants de ses parents, grand-parents et ainsi de suite. La stigmatisation de l’individu différent était grande. Je m’en souviens.
      Nous vivons d’autres types de stigmatistion de nos jours et elle touche, une nouvelle fois, les personnes qui ne sont pas « conformes » au milieu ambiant.

      Pour revenir à la Toussaint dans un village breton de l’Ouest, rien n’est triste. Tout le monde s’occupe à nettoyer ses tombes et à discuter des derniers potins 🙂 C’est une espèce de radio lavoir, sans les lavoirs 🙂 Je vais m’y mettre dès la semaine prochaine 🙂 et je serai toute ouie 🙂

      • Lia dit :

        En Grèce il y a les Samedis des Morts. Nous fêtons le premier 8 jours avant notre Lundi Pur (qui est votre Mardi Gras :)). Le deuxième est le samedi de Pentecôte et une semaine après, nous fêtons la Toussaint. Ce sont des fêtes mobiles. Nous mettons des bouquets de fleurs sur les tombes et nous allumons les petites lampes à huile. ( L’huile et le vin jouent un rôle très important dans le rituel orthodoxe grec.) Les prêtres encensent les tombes et prient pour les âmes des morts, en appelant chacun de son prénom.
        Mais pour les grecs, l’encrage dans leurs villages est plutôt la fête des Pâques. C’est la plus grande fête de l’église orthodoxe. C’est aussi l’occasion de rentrer au village pour rencontrer les grands parents et les amis d’enfance. Et ils se souviennent, bien sûr, de leurs morts. Le Samedi Saint ils mettent des fleurs sur les tombes et allument les lampes à huile pour exprimer leur foi à la résurrection. Les habitants de certains villages, juste après la messe du minuit, vont à la cimetière pour célébrer la Résurrection du Christ près de leurs morts. Ils mettent sur les tombes des plats, des gâteaux et du vin, ils mangent tous ensemble et ils échangent des vœux avec les autres habitants.
        Chez nous les traditions restent assez vivantes, surtout dans la province. Mais, il est vrai que la plupart des jeunes n’y participent pas activement, spécialement aux fêtes pour les morts, qui sont une affaire des générations plus grandes. Moi aussi je suis dans la cinquantaine et je suis d’accord avec toi : sans nos racines, nous serons emportés par le vent. Nous devons nous rappeler de ceux que nous avons aimés, qui nous ont aimés et qui ne sont pas maintenant avec nous. Les jeunes n’y pensent pas, parce qu’ils sont jeunes. Mais plus tard, quand ils auront des enfants, quand ils n’auront plus leurs parents, quand ils ne seront pas jeunes, alors ils vont comprendre, je pense. C’est la vie… 🙂

  4. Marie-France dit :

    Merci d’avoir pris le temps de rédiger une si longue réponse 🙂 On est en plein dans la diversité des points de vue et tout cela exprimé dans un français magnifique 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s