Voyage poétique

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot soudain devenait idéal;
J’allais sous le ciel, Muse, et j’étais ton féal;
Oh! là là! que d’amours splendides j’ai rêvées!

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!
Arthur Rimbaud

Publicités
Cet article a été publié dans France (Marie-France), Voyages imaginaires. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Voyage poétique

  1. Vicky dit :

    Poème touchant et innocent!

    Video encourageante pour commencer notre voyage virtuel:

    La chanson parle des bateaux- clochards qui nous ont promis des longs voyages jamais faits. Cela peut arriver quelques fois. N’est-ce-pas?

    • Marie-France dit :

      La mer, la mer toujours recommencée… ( Paul Valéry) Nous n’en finirons jamais , Vicky 🙂
      Bien sûr les voyages ne sont pas toujours effectués mais l’idée de voyage ne meurt jamais 🙂 Depuis la nuit des temps, nous avons toujours voulu savoir ce qu’il y avait de l’autre côté de l’horizon, de la montagne ou de la mer. En Grèce, vous en savez quelque chose, non? Votre Ulysse vagabond nous a tous enchantés:-)
      Voyage, voyage… http://www.youtube.com/watch?v=6PDmZnG8KsM
      « Au dessus des
      vieux volcans,
      Glisse des ailes sous les tapis du vent,
      Voyage, voyage,
      Eternellement.
      De nuages en marécages,
      De vent d’Espagne en pluie d’équateur,
      Voyage, voyage,
      Vole dans les hauteurs
      Au dessus des capitales,
      Des idées fatales,
      Regarde l’océan… »

  2. Lia dit :

    « Ma bohème », quel poème ravissant, écrit par un poète-mythe! C’est un souffle de jeunesse et de fraîcheur! Vagabondage heureux, sans soucis! J’aime ce goût d’aventure. Merci Marie-France, de partager avec nous ce sonnet charmant!

    • Marie-France dit :

      Je me suis rappelée de ce poème en pensant à deux amies grecques: la première a des semelles de vent ( expression ayant été appliquée à Rimbaud) et la seconde est complètement obnubilée par les astres 🙂 La dernière fois que j’ai entendu parler de la Grande Ourse ce fut par une prof de physique-astronomie grecque 🙂

      Ce sonnet est l’un des plus beaux de la poésie de Rimbaud. 🙂

  3. Ramona dit :

    Merci, Marie-France pour partager avec moi aussi ce blog, que je dois explorer attentivement! Merveilleux poème! Mon plus beau rêve est de voyager toujours!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s